• Comment se marier selon Malachie 4

    I. QU’EST-CE QUE LE MARIAGE ?

     

     

    *… LE MARIAGE EST UNE REVELATION ; C’EST POUR CELA, QUE TU DOIS PRIER… ET TOUT CE QUI SE TRAITE DANS CE TRAVAIL EN DEFINIT CLAIREMENT.

    - L’UNION INVISIBLE, 25/11/1965, § 60, Trad. Lepicard

    Le Mariage est la plus vieille institution du monde. Le Mariage eut lieu et fut institué pour la première fois au jardin d’Eden.

     

    - MARIAGE ET DIVORCE, 21/02/1965, § 285, Trad. La Voix de Dieu

    « Ce que Dieu a uni qu’aucun homme ne le sépare. » Pas ce que l’homme a uni ; ce que « DIEU » a uni ! Quand vous avez une REVELATION DIRECTE de Dieu comme quoi, c’est là votre femme, et vice-versa, c’est la vôtre pour le reste de la vie. Voyez ? …

     

    - LE CHOIX D’UNE EPOUSE, 29/04/1965, page  23, § 106 Trad. Luanda

    Remarquez, le premier Adam de Dieu n’a pas pu choisir sa femme. Il n’avait pas un choix à faire. Dieu lui en fit une, il n’avait pas à la choisir. Ainsi nous voyons qu’elle l’éloigna de la Parole de Dieu. Il n’avait pas prié au sujet de cette question. IL N’EN EST PAS DE MEME POUR VOUS ET MOI. LUI N’AVAIT PAS DE CHOIX.. ..

     

    Est-il permis de se marier dans ce monde ?

     

    Comme nous parlons du Mariage selon la volonté parfaite de Dieu, voyons maintenant quel genre de fille ou quel genre de garçon peux-tu envisager prendre en mariage…

     

    Et frère Branham répond :

     

    - SOYEZ CERTAINS DE DIEU, 25/01/1959, P. 3, § 5-8, Trad. La Voix de Dieu

    Et puis, lors de son mariage, au lieu d’épouser quelqu’un parmi son peuple, il alla épouser une pécheresse, une idolâtre qui adorait les idoles. Il épousa Jézabel. Et elle n’était pas une croyante.

    Et jamais un croyant ne devrait épouser un incroyant ; en AUCUN CAS. On devrait toujours se marier entre croyants.

    Mais Achab avait fait cette mauvaise chose. Et Jézabel était sans doute une belle femme.

    Et lui s’était fait séduire par son apparence ; plutôt que par ce qu’elle était vraiment. C’est… Tant de gens commettent cette même erreur encore aujourd’hui.

    Et elle avait introduit l’idolâtrie dans la nation, parmi le peuple. Et le peuple… les prêtres, les ministres avaient succombé à cette revendication populaire.

     

    - L’INVASION DES Etats-Unis, 9/05/1954, §45 et 47, Branham Tabernacle

    Achab était plus ou moins ce genre de personnes. Partout où soufflait le vent, Achab y mettait son voile ; que ce soit de ce côté-ci ou de ce côté-là. Son mariage avec une petite princesse, Jézabel, une fille de roi, le rendit complètement embrouillé. Elle était belle d’apparence, une très jolie femme, mais méchante dans son cœur. Elle était idolâtre et entraîna tout Israël.

    Mais Achab, maintenant je suppose qu’il tomba amoureux d’elle seulement parce qu’elle était jolie et l’épousa. Il ne pouvait être attiré par autre chose puisque méchante comme elle l’était… Et elle vint là-bas. Bien sûr qu’il fut épris d’elle de cette manière là et l’aima. Oh, il entraîna tout Israël à pécher et à se détourner de Dieu, à renverser les autels de Dieu et à dresser des autels pour Baal.

    - ET TU NE LE SAIS PAS, 15/08/1965, § 85-88, Trad. La Voix de Dieu

    Regardez les enfants de Caïn, comme ils sont tombés dans le panneau : « Quand les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, ils en prirent pour femmes », et Dieu ne le leur a jamais pardonné.

    Regardez, quand les femmes israélites avec – avec leurs mains calleuses et leurs cheveux raides comme des cordes ; quand les fils de Dieu sont passés par le pays de Moab, et qu’ils ont vu les femmes coquettes de là-bas, toutes bien coiffées, bien arrangées, et avec la figure pleine de manucure ou de ce machin, là ; quand ces fils de Dieu ont vu ces très belles femmes, un faux prophète a dit : « On est tous pareils. » (Frère Branham donne six coups sur la chaire. – N.D.E.). Et ils se sont mariés avec, et Dieu ne le leur a jamais pardonné.

    Ils ont péri dans le désert. Chacun d’entre eux est mort là, sans espoir, sans Dieu, et ils sont éternellement perdus ; damnés jamais, bien qu’ils aient vu la bonté de Dieu, bien qu’ils aient bu à la fontaine intarissable. Ils avaient bu au rocher frappé. Ils avaient vu le serpent d’airain accomplir des miracles. Ils étaient sortis du baptême de Moïse dans la mer. Ils avaient vu la main de Dieu. Ils avaient mangé de la nourriture d’anges, et fait toutes ces choses. Mais ils s’étaient mariés avec les femmes de là-bas, ils s’étaient laissés prendre par elles, et ils s’étaient mariés. Ils n’avaient pas commis adultères, ils s’étaient seulement mariés avec elles ; Dieu ne leur a jamais pardonné ça.

     

    C’était la deuxième fois que ça arrivait. Maintenant, nous en sommes à la troisième fois, maintenant c’est plus trompeur que jamais.

     

    - HEBREUX Chap. III, 01/09/1957, §173, Trad. Semences à Volonté

    Un jeune homme qui se marie et qui épouse une fille qui ne croit pas ; une jeune fille qui épouse un garçon qui ne croit pas… Il ne devrait pas le faire ! Peu importe combien il est mignon et… ou elle est mignonne, et combien grands sont les yeux qu’elle a, ils finiront tous par se fermer, un de ces jours. Mais, mon frère, votre âme vivra éternellement ! Vous devrez prendre garde à ce que vous faites. Si elle n’est pas une vraie croyante ou lui n’est pas un vrai croyant, ne vous mettez pas sous pareil joug. Eloignez-vous des pareilles choses, elles vous causeront des ennuis le long du chemin.

     

    - HEBREUX chap. 7, 2e #, 22/09/1957, § 357-361, Trad. Semences à Volonté

    [Frère Branham donne ici un exemple d’une fille de son assemblée qui fréquentait un garçon mondain (païen) et se lia à lui] …

    Une certaine jeune chère petite fille ici, il n’y a pas longtemps… Ceci n’est pas une plaisanterie, car je ne raconte pas ceci en guise de plaisanterie. Et les gens savent que ceci n’est pas un endroit pour plaisanter. Mais une chère petite fille ici, elle était… il y a de bons garçons ici, des garçons chrétiens. Il y a longtemps, quand j’étais pasteur ici, nous avions l’habitude d’avoir… des classes simplement pour des jeunes hommes. Et je parlais aux jeunes filles le dimanche après-midi, au sujet du sexe et des choses semblables. Et puis, le dimanche après-midi suivant, je parlais aux jeunes gens, et j’essayais de maîtriser ces choses. Une certaine chère fille a commencé à sortir avec un certain petit gringalet, ici en ville, qui fumait des cigarettes et avait un flacon d’alcool dans sa poche, et il conduisait une petite voiture décapotable à travers les rues de la ville. Je ne pouvais pas comprendre ce qu’elle a bien trouvé dans ce garçon. Il ne voulait pas venir à l’église. Et il restait assis là-dehors ; il l’amenait à l’église et il s’asseyait là dehors, dans sa voiture et attendait ; il ne voulait pas entrer dans l’église. Un jour, j’ai dit à cette fille… Elle habitait à New Albany… J’ai dit : « Je vais te demander quelque chose, petite. Qu’est-ce que tu peux donc bien trouver à ce garçon-là ? »

    J’ai dit : « Premièrement, il hait la religion même que tu as. Il méprise Ton Christ. Il ne fera jamais un mari pour toi, te rendra misérable toute ta vie. » Et j’ai dit : « Alors qu’il y a tous ces braves jeunes garçons chrétiens que tu pourrais fréquenter, et ils sont… Ton papa et ta maman n’aiment pas du tout te voir sortir. Mais tu y vas de toutes manières et tu penses : J’ai le bel âge de 16 ans !

    Elle a commencé à se maquiller et à courir, et avant qu’elle ne s’en aperçoive, elle était dans les boîtes de nuit. Elle est dans l’éternité maintenant. Mais alors, elle se tenait ici et savez-vous quelle raison cette jeune fille m’a donnée alors, d’aimer ce garçon ? Elle a dit : « Il a de si mignons petits pieds, et il sent si bon !

    Pouvez-vous imaginer cela ? Il se parfumait ; ça c’est une femmelette, pas un homme !

    « Ecoute, » j’ai dit : « Sœur, je préfèrerais aller avec un garçon chrétien qui aurait de petits pieds comme des wagons à gravier et qui sentirait comme un putois, si c’était un vrai chrétien. » C’est vrai ! Oui, c’est vrai ! Oh, cette excuse : « de si mignons petits pieds, et il sent si bon ! » Le petit coureur de boîtes de nuit. Finalement, il a ruiné la vie de la fille ! C’est une honte ! Ignoble ! »

    - REGARDANT SUR L’INVISIBLE, 03/10/1958, § 11-12,

    Maintenant, « l’homme ne vivra pas de pain seulement» a dit le Seigneur, « mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu. » Et l’homme, être humain physique, prendre soin de cet être physique cela n’est pas la seule raison pour laquelle Dieu l’a placé sur la terre. Parce que ce qu’il fait avec son être physique signifie très peu de choses. C’est son âme qui compte. C’est l’homme intérieur qui ne provient pas de la terre, il vient du ciel, et c’est la partie éternelle de l’être humain.

    Mais pourtant, il est étrange qu’il essaie d’arriver à comprendre sa propre voie. Et nous trouvons cela tellement dans les Ecritures ; que quand un homme choisit de marcher dans sa propre voie et de faire ce qui lui semble bon, Dieu l’abandonne tout simplement… L’homme ne doit pas penser de lui-même, mais il doit laisser la Pensée qui était en Christ être en lui. Nous ne devons pas penser de nous-mêmes. Nous devons considérer toute autre chose contraire à ce qu’IL a dit, comme si cela n’existait pas, peu importe ce que nos yeux déclarent être. Nous ne vivons pas de ce que nous voyons ; nous vivons de ce que nous croyons.

    Il y a de cela quelques jours, j’étais en train de suivre un programme à la radio, venant d’une école du dimanche et c’était une discussion autour d’une table avec les adolescents de Louisville. Un – quelle en était l’une des choses les plus importantes : C’était pour une jeune fille de trouver un garçon aux cheveux bouclés (frisés) ou pour le garçon, la fille avec de beaux yeux bleus ou bruns ? Est-ce que cela fait une différence ? ça semblait comme si cela aurait été la plus grande chose pour un adolescent. Mais cela n’est pas la plus grande chose. [La plus grande chose, c’est de trouver votre Dieu, votre Créateur.

    Ne contractez pas de mariage mixte. Mariez-vous à un garçon qui croit juste exactement comme vous le faites, car, après tout, Dieu est la chose principale pour Laquelle nous sommes sur la terre et le plus important est de Le servir. Et si vous vous mariez à quelque chose de contraire à cela, vous paierez pour cela dans les jours qui sont devant vous. Vous devez toujours vous rappeler, que c’est par la foi et non par la vue. Le juste vivra par la foi. Et nous regardons à l’invisible.]

     

    ET LE PROPHETE VA PLUS LOIN DISANT QUE L’ON NE DOIT SE MARIER QU’AVEC UN GARCON OU UNE FILLE NE(E) DE NOUVEAU, ET NE PAS PRÊTER ATTENTION A L’APPARENCE EXTERIEURE

    DEUX CRITERES SONT OBLIGATOIREMENT EXIGES :

     

    -          LA NOUVELLE NAISSANCE ET

    -          S’IL (ELLE) A ETE FAIT (E) POUR TOI.

    - LE CHOIX D’UNE EPOUSE, 29/04/1965, §35b, 37. Trad. Luanda

    Et je pense que nous devrions… Un homme qui a du bon sens et qui planifie un futur, devrait choisir cette femme très soigneusement ; soyez prudent dans ce que vous faites. Et une femme qui choisit un mari ou qui accepte le choix d’un mari, devrait être très prudente dans ce qu’elle fait, et surtout en ces jours-ci. L’homme devrait bien réfléchir et prier avant de choisir sa femme.

    Et nous voyons que si l’homme et la femme priaient à ce sujet, - plutôt que de considérer ce beau regard des femmes ou cette carrure des épaules d’hommes ou à d’autres choses de ce genre, toute autre affection charnelle, mais s’il regardait d’abord à Dieu pour Lui demander : « O Dieu, est-ce là Ton Plan ? »

     

    - LE CHOIX D’UNE EPOUSE, 29/04/1965, §47b, 49. Trad. Luanda

    … Pouviez-vous imaginer qu’un chrétien puisse agir de la sorte ? Non, monsieur, je ne le pense pas. Un véritable chrétien ne cherchera pas de telles reines de beauté, des chanteuses de cabarets et des reines du sexe. Il cherchera un Caractère Chrétien. Or, vous ne pouvez avoir toute chose. Il se peut qu’il y ait une jeune fille très jolie, et une autre peut-être est une… la stature de celle-là peut sembler meilleure que celle de cette autre. Il se peut que vous sacrifiez l’une pour l’autre. Mais si elle n’a pas la stature d’une dame, d’une femme, elle… peu m’importe qu’elle soit jolie ou non, vous feriez mieux de regarder à son caractère, qu’elle soit jolie ou non.

    Maintenant… Car il est convenable que si un chrétien voudrait choisir une femme, il devrait choisir une femme véritablement née de nouveau. Sans prêter attention à ce qu’elle peut ressembler, c’est ce qu’elle est qui la définit. Et de plus, cela reflète son propre caractère divin, ce qui est dans sa pensée et qui va être sa famille dans le futur – les enfants qui seront élevés par une telle femme, - pour un futur foyer. …

     

    - PARADOXE, jeudi soir, 1er/08/1963, Chicago. Trad. Luanda

    (Frère Branham racontant ici l’histoire d’un jeune homme et d’une jeune fille qui sortaient ensemble ‘qui étaient en fréquentation’ mais, ne pouvaient aller jusqu’au mariage à cause de leurs caractères diamétralement opposés… les parents du garçon trouvèrent Fr. Branham, et, ce dernier, étant prophète dit ce qui suit, du 16ème paragraphe au 31ème) :

     

    §18 : Par exemple, il y a quelques jours passés, j’étais appelé sur une scène ou sur un petit quelque chose qui se passait. Il y avait un excellent jeune homme, un garçon très bien, il sortait avec une petite fille, une très excellente petite fille d’une excellente famille. et ce garçon tout d’un coup, s’est présenté avec un genre d’idée, et il s’est juste levé et est parti. Il a fait quelque chose de mauvais à la petite fille, et autant qu’il lui a promis de faire une certaine chose et alors il ne l’a pas faite. Et au lieu de venir chez la fille s’excuser, comme un gentleman le ferait, cela n’était simplement pas en lui de le faire.

     

    §31 : J’ai dit : « Cela peut être très bien, tous ces gestes extérieurs. Il se peut qu’il soit identifié un croyant avec les croyants. Mais jusqu’à ce qu’il soit régénéré, né de nouveau, je conseillerais à ce jeune homme de ne jamais épouser une femme. Il fera l’enfer pour elle sur la terre, jusqu’à ce que ce Gentil et Doux Esprit de Christ Qui pardonne entre. Alors, ce sera un Paradoxe en soi, enlever la nature même d’un garçon reproduit entre le père et la mère. Et cependant, dans son mental il essaie de vaincre cela. Il ne peut pas le faire. Il ne le vaincra jamais. Christ aura à le vaincre. Quand il laisse Christ entrer, alors il a déjà vaincu. Ce sera un Paradoxe lorsqu’un homme est né de l’Esprit de Dieu.

    CE N’EST PAS PAR LA BEAUTE EXTERIEURE, MAIS PAR UN POINT D’ATTACHE SÛR, UN ABSOLU, … ET LE FR. W.M. BRANHAM D’AFFIRMER QU’IL N’Y A QU’UN SEUL MOYEN DE FAIRE UN BON CHOIX.

     

    - LE CHOIX D’UNE EPOUSE , 29/04/1965, § 105b, Trad. Luanda

    Maintenant, voici le seul moyen de faire un bon choix : d’abord, regardez au caractère, et ensuite, si vous l’aimez, très bien.

     

    - QUESTIONS ET REPONSES n°2, 23/08/1964, soir, § 63, Trad. La Voix de Dieu

    Et la même chose s’applique aux femmes. Vous prenez une de ces femmes aux visages fardés, avec ses yeux hagards (farouches, effarés, - N.D.E.) ressemblant à une sorte d’animal, et qu’à force de se défigurer, n’a plus l’apparence d’un être humain, et ne fera jamais rien de bon. Elle va courir tout le temps. Et le Christianisme n’est pas la beauté de l’extérieur mais celle de l’intérieur : une parure de paix, de quiétude, un esprit paisible et doux, ce qui est d’un grand prix devant le Seigneur. C’est ce que nous désirons trouver dans la femme, dans l’homme et chez n’importe qui.

     

    ET TU NE LE SAIS PAS, 15/08/1965, §84, Trad. La Voix de Dieu

    Est-ce que vous pouvez examiner une femme dans la fleur de l’âge, belle, un beau physique, de belle forme, un beau profil, un beau visage, une beauté ; et le fait même qu’elle est jolie montre qu’on est au temps de la fin. Voyez, elle a tout misé sur les apparences du monde, les choses du monde, au lieu de la beauté de la sainteté, de la douceur de l’âme. J’ai vu des femmes qui n’avaient pas grand chose pour attirer les regards à l’extérieur, mais parlez-leur une fois, parlez avec elles pendant quelques minutes, elles sont vraiment authentiques, quelque chose d’attachant. Vous voyez, la beauté de l’extérieur, c’est du diable, c’est du monde.

     

    - ABSOLU , 30/12/1962, P.10, § 58, Trad. La Voix de Dieu

    Lorsque vous vous êtes mariés, vous avez dû faire un retour en arrière dans votre pensée. Jusqu’à ce que vous atteignez ce poteau d’attache. Et ce devrait être l’amour pour votre femme ou votre mari. Eh bien, peut-être qu’elle n’est pas aussi jolie que la femme de John ; eh bien, elle n’est … ceci ou cela… mais il y a quelque chose en elle qui vous frappe.

    Vous dites : « Il se peut qu’elle ne soit pas aussi jolie que l’autre », ou « Il se peut qu’il ne soit pas aussi beau que l’autre », mais il doit y avoir un absolu là, qui fait que cette personne soit différente de l’autre. Et c’est à cela que vous vous accrochez. Et si cela n’est pas là, vous feriez mieux de ne pas vous marier ; s’il n’y a pas ce poteau d’attache, cet Absolu.

     

    - LA STATURE DE L’HOMME PARFAIT, P. 8, § 6, Trad. La Voix de Dieu

    C’est juste. Et, avant qu’un homme se marie, il devrait réfléchir à ces choses, étudier la question.

    Un jeune homme m’a demandé l’autre jour : « Frère Branham, pensez-vous que je devrais épouser telle et telle jeune fille ? J’ai dit : « quelle importance a t-elle pour vous ? » Il a répondu : « Oh, là là ! Qu’est-ce que je l’aime ! » J’ai dit : « Eh bien, si vous ne pouvez pas vivre sans elle, alors vous feriez mieux de l’épouser. Mais si vous pouvez vivre sans elle, vous feriez mieux de ne pas le faire. Mais, si vous risquez d’en mourir, vous feriez mieux d’aller de l’avant et de vous marier. « Donc ce que j’essayais de lui faire comprendre, c’était ceci : c’est que, si vous l’aimez tellement … Eh bien, en ce moment, avant d’être mariés, tout est bien, tout est beau, mais une fois mariés, le labeur et les épreuves de la vie commencent. C’est à ce moment-là que vous devez être tellement amoureux que vous vous comprendrez l’un l’autre. Quand elle vous décevra ou que vous la décevrez, vous continuerez à vous comprendre.

     

    FRERE BRANHAM NOUS DONNE UN BEL EXEMPLE DU VRAI AMOUR.

     

    - CHRIST REVELE DANS SA PROPRE PAROLE , 22/08/1965, §36 – 37b, Trad. La Voix de Dieu

    J’ai passé cette semaine à la campagne chez de très chers amis. Et hier, tandis que nous étions à table en train de manger, j’ai demandé à certains d’entre eux… nous avons l’habitude de rester à table et d’avoir ensemble une petite… genre de petite étude de la Bible. Nous parlions au sujet de l’amour. Et une certaine personne m’a dit … il a dit : « Je crois que vous êtes un antichrist. »

    J’ai dit : « Il y avait quatre ou cinq jeunes hommes qui étaient là, avec leurs épouses, de braves femmes ; je les ai regardés. Je savais combien ces garçons aimaient leurs épouses, aussi leur ai-je dit … J’ai dit : « Voici la façon de mesurer la chose. Si votre épouse, avant que vous soyez mariés… maintenant, retournez en arrière : disons que cette vie conjugale… vous aviez rêvé que vous étiez marié. Vous n’étiez pas vraiment marié ; vous avez seulement rêvé que vous l’étiez. Au réveil, vous êtes allé en parler à votre petite amie, disant : « Tu sais que j’ai rêvé que nous étions mariés, que nous avions des enfants, et que nous étions heureux et… et dans l’attente de la venue du Seigneur, et tout.

    Et ensuite, cette fille vous dirait : « Tu sais, j’aime un autre homme plus que toi. Je serai plus heureuse avec cet autre homme. » Pourriez-vous, du fond du cœur, l’aimer assez pour dire : « que les bénédictions de Dieu reposent sur toi, ma chérie. Va avec cet autre homme ? » Maintenant, vérifiez bien cela chacun de vous, les hommes et les femmes aussi. Voyez-vous ? Si votre amour est conforme à ce qu’il doit être, c’est ce que vous feriez, car vous vous intéressez à son bien-être. Vous savez qu’elle pourrait être à vous, que vous pourriez vivre avec elle, que vous… elle est votre épouse, ou plutôt « elle le serait, elle accepterait de se marier avec vous – mais elle ne serait pas heureuse. » Elle serait plus heureuse… et si vous l’aimez, alors vous désirez son bonheur. Par conséquent, quelle que soit la volonté de Dieu, que la Volonté de Dieu soit faite, que cela fasse mon bonheur ou pas…

     

    Ceci est pour montrer le vrai amour afin de ne pas mal interpréter la Citation de la Stature de l’Homme  Parfait (ci-dessus), car, dans cette même référence, le prophète s’était lui-même bien expliqué.

    Et enfin, la réponse de savoir si lui ou elle a été fait (e) pour toi, tu la trouveras dans la rubrique : « Fréquentations. »

     

     

    II. LES ETAPES DU MARIAGE

     

     

    NOTONS, EN PREMIER LIEU, QUE FRERE BRANHAM EN ETABLISSANT UNE COMPARAISON DE NOTRE MARIAGE AVEC CHRIST, FAIT RESSORTIR DIRECTEMENT LE MARIAGE NATUREL QUI EST L’IMAGE DU MARIAGE SPIRITUEL. VOICI CE QU’IL DIT A CE SUJET DANS :

     

    - MRS, NOUS VOUDRIONS VOIR JESUS, 4/03/1964, § 16, Trad. La Voix de Dieu

    « Toutes ces choses sont des attributs de Dieu de sorte qu’à la fin, la Bible a dit, Jésus a dit : « Vous connaîtrez que je suis dans le Père, le Père en Moi. Moi en vous, et vous en Moi. » C’est Dieu qui devient tangible. Votre propre femme, vous et votre mari, c’est seulement une ombre, un négatif de Dieu et son Epouse à Lui, L’Eglise. Vous voyez, c’est seulement l’Attribut de Dieu qui est montré par des ombres et des types, comme l’Ancien Testament en était du Nouveau. Voyez ? Alors, à la fin, tout cela se rejoint, Dieu tangible. Dieu en Christ, tangible, fait Chair, qui a habité parmi nous. Et dans ce glorieux Millénium à venir, Dieu sous la forme de Christ est assis sur le trône de David ; et l’Eglise, Son Epouse, le Mari et la Femme ensemble.

     

    1)     Les pré-fiançailles

     

    C’EST UNE TRES PRECIEUSE ETAPE DE VIE QUI PRECEDE LES PROMESSES (VŒUX) DU MARIAGE. EN D’AUTRES TERMES, C’EST LA PERIODE DE FREQUENTATION. LE JEUNE HOMME ET LA JEUNE FILLE S’ENGAGENT COMME AMIS, S’ETUDIENT MUTUELLEMENT, SANS POUR AUTANT S’ENGAGER DEFINITIVEMENT, C’EST-A-DIRE SANS FAIRE DE VŒUX. CAR LES VŒUX INTERVIENNENT NEANMOINS A LA FIN DE CETTE PERIODE DES AMITIES.

     

    Telles sont les affirmations du prophète W.M. Branham, nous prouvant que les pré-fiançailles (fréquentations ou amitiés) sont scripturaires :

     

    - LE CHOIX D’UNE EPOUSE, 29/04/1965, § 40b, Trad. Righini

    « … Et l’homme peut ruiner sa vie entière s’il fait un mauvais choix. Et s’il a fait un mauvais choix ou s’il s’est marié avec une femme qui n’est pas faite pour lui, bien que le sachant, il ne pourra que s’en prendre à lui-même, ce sera sa faute. Et si une femme prend un époux, un homme qu’elle sait être incapable d’être un bon mari, ce sera tant pis pour elle, ce sera sa propre faute, car avant de s’unir, elle savait le pour et le contre. Ainsi, avant de s’engager définitivement devant Dieu, qu’elle prie et qu’elle implore l’aide de Dieu.

     

    - QUESTIONS ET REPONSE n°4 , 30/08/1964 ? § 73

    Q/n° (390) 128

     

    FRERE BRANHAM, A QUELLES ACTIVITES NOS JEUNES ENFANTS DEVRAIENT-ILS PARTICIPER ? AUSSI, COMMENT DEVRIONS-NOUS FAIRE POUR LES AIDER A CHOISIR LEURS AMIS ?

     

    Réponse : Gardez-les, autant que possible en compagnie des chrétiens. Gardez-les avec… Si c’est une fille, gardez-la avec des jeunes filles chrétiennes ; si c’est un garçon, avec des jeunes garçons chrétiens.  SI ELLE EST ASSEZ AGEE POUR FREQUENTER UN GARCON, VEILLEZ A CE QU’ELLE FREQUENTE LE GENRE CORRECT DE GARCON. AUTREMENT, DECOURAGEZ-LA DE FREQUENTER N’IMPORTE QUEL AUTRE GARCON, OU LE GARCON VIS-A-VIS D’UNE FILLE. SI ELLE FREQUENTE UN INCROYANT, ESSAYEZ DE L’ENCOURAGER A FREQUENTER UN CROYANT ET VICE-VERSA. RENDEZ VOTRE FOYER AGREABLE. FAITES DE VOTRE DEMEURE UN ENDROIT OU VOTRE FILLE OU BIEN VOTRE GARCON N’AURONT PAS HONTE D’AMENER LEURS AMIS DEVANT LEUR PERE ET LEUR MERE, ET DANS LEUR MAISON ; ET RENDEZ VOTRE FOYER SI HEUREUX QU’ILS SE PLAIRONT A RESTER A LA MAISON.

     

    - EVANGELISATION DU TEMPS DE LA FIN, 3/06/1962, § 138, Trad. Semence à Volonté

    … Je n’ai pas cette intention. Mais si vous laissez un… soyez sûr avec qui votre fille sort le soir. Voyez-vous ? Peut-être que vous l’avez élevée comme une simple petite fille allant à l’église, et la première chose que vous apprenez, c’est qu’elle sort avec Oswald ou quelques- uns de ceux-là et c’est soit un athée, soit un incrédule, et sa vie finira par être ruinée et vous ne savez pas ce qu’il est. Voyez-vous ? Ensuite, il se mariera avec elle et regardez, où sont alors vos enfants, vos petits enfants, voyez-vous ?

     

    - LES OINTS DU TEMPS DE LA FIN, P. 8, § 35, Trad. La Voix de Dieu

    George Smith, le garçon qui sort avec ma fille

     

    Voyons aussi quelques expériences du prophète W.M. Branham, prouvant qu’il est passé lui-même par-là.

     

    - ETAT PRESENT DE MON MINISTERE, 8/09/1962, §4, Trad. Semence à Volonté

    Cela fait à peu près 32 ans, que le Seigneur Jésus, à moins de cent cinquante mètres de l’endroit où je me tiens maintenant, ici, à Jeffersonville, dans la Eight and Penn Street, le matin où je posai la Pierre d’Angle de ce tabernacle, qui n’était à l’époque qu’un marécage… (et j’habite juste en face ici à ma gauche. C’était avant que je me marie. J’habitais chez mon père et ma mère.) que le Seigneur Jésus m’avait révélé le matin où la pierre d’angle devait être posée, assez tôt vers 6 heures. Et j’étais resté dans mon lit un moment… Je n’étais alors qu’un tout jeune garçon. Et ce jour-là, je … « LA JEUNE FILLE AVEC QUI JE SORTAIS, QUI ALLAIT BIENTÔT ÊTRE MA FEMME, L’ANNEE SUIVANTE, SERAIT AVEC NOUS LE JOUR OU NOUS POSERIONS LA PIERRE ANGULAIRE. »

     

    - L’HISTOIRE DE MA VIE, 19/04/1959, Trad. Semence à Volonté

    P.19, § 3 Puis je me rappelle en allant plus loin, je suis devenu un jeune homme (je vais me dépêcher pour terminer dans le peu de temps qui me reste.) Quand je suis devenu un jeune homme, j’ai eu des idées comme tout jeune homme, allant à l’école, j’avais rencontré des jeunes filles. Vous savez, j’étais réellement timide. Et finalement, j’ai eu une petite amie comme tous les jeunes garçons aux environs de quinze ans, je pensai…

    P.24, § 2 Plus tard, j’ai rencontré une fille, quand j’eus 22 ans, elle était mignonne, c’était une fille qui allait à l’église luthérienne allemande, son nom était Brumbach : B-r-u-m-b-a-c-h, cela vient du nom Brumbough. Et c’était une gentille fille. J’allais avec elle un certain temps et alors j’avais environ 22 ans.

    P.24, § 3 Je n’ai jamais fait partie de cette église (assemblée) mais j’aimais aller avec elle ; parce que ma principale pensée était « d’être avec elle », je ferais aussi bien d’être honnête.

    P.24, § 4 Ainsi bien avec elle, et un jour, j’ai… Elle était d’une bonne famille. et j’ai commencé à penser : « tu sais, tu sais, je ne devrais pas prendre le temps de cette fille. Ce n’est pas juste,  parce que c’est une gentille fille et je suis pauvre et je… »

     

    - L’EAU TOUJOURS PRESENTE DU ROCHER, 23/07/1961, § 72

     

    72       C’est comme une affaire d’amour. Si vous sortiez avec une jeune fille simplement parce que vous savez que c’est un devoir, ou si vous sortiez avec un garçon quand vous étiez jeune... «Maman veut que je sorte avec ce gars-là, mais je ne peux pas le supporter», vous ne recevez rien lorsqu’il vient vous voir. C’est la même chose par rapport à la fille vis-à-vis du garçon ou par rapport au garçon vis-à-vis de la fille. Vous allez avec elle, mais elle vous ennuie. Maman veut que vous alliez avec elle parce que c’est le genre de fille que maman aime. Voyez-vous, cela vous ennuie, il n’y a point d’amour. Mais vous ne vous souciez pas de cela. Vous ne voulez pas vous laver, vous ne voulez pas aller la voir, et c’est un... Oh, c’est quelque chose d’horrible. Et lorsqu’il vient vous voir, oh, la la! vous souhaitez qu’il se dépêche et qu’il retourne chez lui.

     

    - LA VISION DE PATMOS, 04/12/1960, § 248-251, Trad. A.Barilier

    J’ai une petite histoire à vous raconter au sujet de ma femme (elle est assise là-bas au fond). Je lui ai fait passer des moments difficiles avant que nous ne soyons mariés, et j’ai essayé de compenser cela après notre mariage. Je ne savais pas si je devais me remarier ou non, et cela l’avait brisée. Je pensais qu’elle était une fille trop bonne pour moi, et qu’il valait mieux la laisser épouser un brave homme qui prendrait soin d’elle. Je pensais que je n’en étais même pas digne ; je ne suis pas digne de sa bonté de toute façon. Cela lui déchirait le cœur. Et elle ne savait que faire. Il y a une vingtaine d’années de cela. Elle était tellement brisée, qu’elle pleurait nuit et jour. Je voulais rompre, non pas parce que je ne l’aimais pas, mais parce que je ne voulais pas lui prendre son temps ; je voulais la laisser trouver quelqu’un, quelque brave homme, parce qu’elle était une trop bonne fille pour continuer comme cela, et je ne voulais pas la tenir plus longtemps. Je pensais qu’elle m’aimait, et moi, je savais que je l’aimais. Je pensais donc : « Eh bien, je vais prendre rendez-vous avec une autre fille et sortir avec elle, afin qu’elle ait de mauvais sentiments à mon égard. » Par la suite, j’ai détesté ce que j’ai fait. Elle en fut toute brisée. Je l’appelai et lui ai dit : « Tu es une trop bonne fille, je ne veux pas prendre ton temps comme cela. »

    Mais elle me répondit : « Mais c’est toi que j’aime, Bill ! Tu es le seul que je puisse aimer. Je t’ai toujours aimé. »

    « Je t’en suis reconnaissant, mais tu sais, lui dis-je, je suis un ermite. Je vis vraiment comme un ermite. Tu vois, il n’est pas question que je me marie.

    Elle y tenais tellement, vous savez, la pauvre petite ! Elle se rendit dans la grange. Elle s’y rendit et se mit sur ses genoux, et dit : « Seigneur, je ne sais pas quoi faire. Je ne veux pas Te désobéir, et pourtant, j’aime Bill et je ne sais pas quoi faire. Seigneur, voudrais-tu me donner un peu de consolation ? Veux-tu m’aider un tout petit peu ? Je ne t’ai encore jamais demandé cela dans ma vie, Seigneur, et j’espère que je n’aurai jamais à Te le redemander, mais si Tu veux m’aider, je vais ouvrir ma Bible et Tu  vas me donner un Verset. J’ai entendu certains dire que Tu faisais cela. » Et, quand elle L’ouvrit, c’était sur Malachie 4 : « Voici, Je vous enverrai Elie, le prophète, avant que le Jour de l’Eternel arrive, ce Jour grand et redoutable. »

     

     

     

     

    - LES COMPTES A REBOURS, 9/09/1962, P.7, § 36, Trad. Rhigini

    Prenons par exemple le mariage en tant qu’union, nous voyons cela, le mariage, nous voyons le… le temps qu’il y a pour faire la cour, puis le temps des fiançailles, puis le mariage, alors, cela est établi pour toujours…

     

    - LE MARIAGE DE L’AGNEAU, 21/01/1962, § 53 et 63 (Fascicule)

    Maintenant, le mariage dans un sens est un type… le mariage terrestre ici est un type du Mariage Céleste. Maintenant, allons-y pendant quelques instants pour le répéter dans un moment. La première chose qu’il y a, il doit y avoir une Décision à prendre.

    La première chose qu’il faut dans le mariage naturel, est une décision qui doit être prise. La jeune femme doit prendre sa décision si elle veut de ce jeune homme ; et le jeune homme, s’il veut de cette jeune femme. Il doit y avoir une décision à prendre, et vous devez la prendre. Elle doit être la seule femme au monde que vous aimez, et il doit être le seul homme. Si ce n’est pas le cas, alors vous avez pris une mauvaise décision.

    Maintenant vous voyez, d’abord, la décision doit être prise, puis c’est l’Engagement, puis la Promesse, et ensuite la Cérémonie. Et c’est lorsque l’épouse prend le nom de l’époux. Elle n’a plus alors, elle n’a plus son propre nom ; elle prend le nom de l’époux.

     

    NOUS CROYONS QU’AVEC CES QUELQUES CITATIONS PARMI TANT D’AUTRES, NOUS AVONS COMPRIS ENSEMBLE QUE LE MARIAGE COMMENCE PAR UN TEMPS DE FREQUENTATIONS (Les amitiés ou pré-fiançailles), OU LE JEUNE GARCON ET LA JEUNE FILLE SE COTOYENT MUTUELLEMENT, CHERCHANT LA VOLONTE PARFAITE DU SEIGNEUR, SACHANT QUE CHACUNE DES PARTIES EST LIBRE DE SE RETIRER SI CELA N’EST PAS DANS L’ABSOLUE VOLONTE DE DIEU.

     

    "La suite c'est dans la prochaine mise à jour. Que Dieu vous benisse!!!"


  • Commentaires

    1
    mbapou tabeth
    Lundi 1er Avril 2013 à 21:12
    la mauvaise compréhension
    mon précieux frére que Dieu te bénisse les pré-fiancailles n'existe pas dans le message frere branham dit vous marier quand vous avez fait un voeu l'un à l'autre je suis le docteur william mbapou le branhamiste le plus puissant de la planéte voici mon contact 94288331
    2
    mbapou tabeth
    Lundi 1er Avril 2013 à 21:25
    la mauvaise compréhension
    frére branham dit que joseph était fiancé à marie et que quand vous étes fiancé a une femme pour Dieu vous étes marier as-tu une citation ou frére branham parle clairement des pré-fiancailles ou utilise le terme pré-fiancaille aide-moi je veux etre dans le vrai la question du mariage est tres importante mais attention à la mauvaise interprétation
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :